Inauguration de la sculpture dans le hall d’entrée de la médiathèque

3151637 En présence de Jean-Paul Duret, le maire et de Martine Damaye, adjointe à la culture, l’artiste a inauguré la sculpture dans le hall d’entrée. © THEVENOT Jean-Luc

Samedi matin 25 mars à la médiathèque, Jean-Paul Duret, maire, accueillait Maïthé Fabre-Pécaud pour un événement qui marquera durablement les usagers de l’établissement.

En effet, celle-ci, Panazolaise d’adoption, ayant fait don d’une de ses œuvres, ce fut l’occasion d’une réception inaugurale en présence de la directrice de la médiathèque, d’une grande partie de l’équipe municipale, ainsi que de la famille de l’artiste.

Une pièce monumentale inspirée par Hemingway

Maïthé Fabre-Pécaud, fut très tôt baignée dans l’art par son père qui l’emmenait au musée Ingres de Montauban, où elle griffonnait à 5 ans ses premiers dessins. Toujours passionnée par les arts graphiques, par les arts du feu, illustratrice, sculptrice, céramiste, pastelliste, décoratrice, Maïthé Fabre-Pécaud est l’auteur d’une œuvre considérable.

Maïthé a choisie de faire don à la commune de Panazol d’une œuvre monumentale de 3 m sur 2,5 m, sélectionnée en 1982 lors de la 6 e Biennale de l’Email à Limoges et qui trônait dans la demeure familiale.

Cette sculpture, réalisée d’après le célèbre roman Morts dans l’après-midi d’Ernest Hemingway, met en valeur la noblesse de l’animal, la gestuelle, la bravoure à la fois du taureau et du torero. L’histoire se déroule de part et d’autre sur les émaux flamboyants ornant une large cape de cuivre.

Jean-Paul Duret remerciait la généreuse donatrice en insistant « sur le profond attachement de l’artiste à notre cité ». Il se félicitait que cette œuvre puisse être visible par tous, dans le hall de la médiathèque, en citant une des phrases de l’ouvrage ayant servi d’inspiration : « Dans tous les arts, le plaisir croît avec la connaissance que l’on a d’eux ».

Le pot de l’amitié était l’occasion pour l’artiste et son fils Vincent de présenter leur ouvrage illustré, récemment édité, intitulé « Le dessin, dessein d’une vie ».

Le Populaire du Centre – Samedi 1er avril 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s